07/03/2014

Je ne râle pas... Je constate!

Ce 8 mars et la Journée internationale de la Femme me donnent une nouvelle occasion de râler... Euh, pardon, de constater! Et je constate qu'en 2014, on a encore malheureusement besoin d'une journée particulière pour remarquer qu'il devrait être normal qu'une femme soit l'égale d'un homme.

Vous me direz, et je ne peux qu'acquiescer, que nous avons bien de la chance en Belgique. Je n'ai pas envie de polémiquer ici sur les "réelles" violences physiques et morale faites aux femmes, ni même d'aborder des sujets aussi graves que l'excision, par exemple. Non, je veux vous parler de ce que je connais, du quotidien de nombreuses femmes dans notre pays, oui, celles que nous connaissons tous, celles que nous côtoyons et dont nous oublions parfois la réalité...

JourneeFemme2.jpg

Parce qu'arrêtons de nous leurrer : nous ne sommes toujours pas les égales de nos hommes!  J'en vois déjà me dire que je me plains d'aise et que nous avons aussi le droit de travailler. Bien sûr que nous en avons le droit! Heureusement d'ailleurs! Mais à quelles conditions? Il y a d'abord les différences de salaires qui existent toujours. Mais il y a aussi tout l'aspect "moral". De mauvaise humeur ou stressée? "Et quoi, elle a ses règles?". Des nausées? "Ah non, ne nous dis pas que t'es enceinte, j'te signale que ça te fera trois mois d'absence, t'étonnes pas si ton contrat n'est pas renouvelé". Je mens peut-être? Mesdames, n'avez-jamais entendu l'une de ces phrases?

Ah j'oubliais : nos aînés! Je n'ai rien contre eux... Mais s'il vous plaît, arrêtez de croire, chers parents, grands-parents, voire arrière-grands-parents, que nous vivons encore "à votre époque"! "à votre époque", comme vous avez l'habitude de nous dire, des maisons habitables de suite coûtaient 30.000€, une voiture de 15.000€ était une grosse berline, vous pouviez louer un appartement, pas un kot, pour 250€ par mois. Et vos courses? Un seul "bête" exemple : un pain ne vous coutait même pas l'équivalent d'un petit euro! Une femme qui travaille n'est pas une femme qui se fout de l'éducation de ses enfants, ne croyez pas non plus qu'elle n'est pas préoccupée par l'intérieur de son habitation ou qu'elle préfère réchauffer un plat au micro-onde plutôt que de faire sa petite "popotte". Non, une femme qui travaille a BESOIN de travailler! Et croyez-moi, cumuler le tout est loin d'être toujours une partie de plaisir!

Parce que oui, la journée d'une femme qui travaille, ou pas d'ailleurs, est extrêmement chargée. Messieurs, pour vous rendre un peu compte, avez-vous déjà demander à vos compagnes quel était le programme exact de sa journée? Prenons mon exemple : un boulot à temps plein, un enfant d'un an, et, quand même, un compagnon. Levée à 5h30 pour avoir le temps de faire un peu de sport (on a beau être mère et travailleuse, notre apparence physique compte encore et toujours... Et puis, il faut bien trouver un moyen de décompresser un peu!), je dois déjeuner à 6h15, prendre ma douche et m'habiller à 6h30 pour être disponible quand ma fille se réveille vers 7h15. Vers 7h30, je quitte mon domicile pour commencer ma journée de travail à 8h. Déjà là, j'estime avoir beaucoup de facilités : je ne perds pas de temps dans les transports en commun ou dans les embouteillages puisque j'habite à 100mètres de mon lieu de travail et je ne dois pas conduire mon bébé à la crèche ni chez une gardienne, mon compagnon ne travaillant (malheureusement) pas pour l'instant. De retour à 16h45 (quand je ne fais pas d'heures supplémentaires), les occupations s'enchaînent : préparation du repas, vaisselle (et si vous avez un lave-vaisselle, ne me faites pas croire que c'est votre homme qui s'en soucie malgré tout), bain du bébé, rangement, préparation de la journée du lendemain. Quand tout est fait? Et bien il est 21h, l'heure de mettre ma fille au lit, de m'assoir enfin dans mon canapé... et de m'endormir devant la télé! Et les weekends? Il y a les courses, le nettoyage, les poussières, rendre visite à la famille et aux amis (ça, c'est la partie agréable, j'avoue!). Messieurs, lorsque votre journée de travail est terminée, entamez-vous directement une seconde journée ou préférez-vous vous adonner à vos passions et loisirs? Mises à part quelques exceptions, votre réponse sera : mes loisirs! Et bien, je pensais qu'on était égaux?!

Bref! Soyons clairs : la société actuelle ne nous donne que l'illusion d'être les égales des hommes. Oui, nous travaillons, oui, nous avons le droit à la contraception, à l'avortement, oui, il y a des femmes au gouvernement et au parlement, mais le quotidien est fait de toutes petites choses qui nous rappellent notre "pauvre" condition de femme! Je ne suis pas féministe mais j'arrêterai de râler seulement quand la Journée internationale de la Femme n'existera plus, ce qui signifiera que les inégalités, aussi infimes soient-elles, entre la gente masculine et la gente féminine auront disparu...

23/04/2013

Je ne râle pas... Je constate!

 

Il y avait bien longtemps que je n'avais pas "constaté" quelque chose! Et ici, j'ai décidé de jouer les rabat-joies... Parce que oui, je ne râle pas, mais je constate qu'il nous faut des émissions de télévisions pour nous rendre compte qu'il existe de nombreux talents dans notre région! Et oui, je ne pouvais pas passer à côté d'un article sur Jean-Phiiiii, Daviiiiiid et Robiiiin!

bannière article.jpg


Dans l'euphorie actuelle qui entoure la place en finale de Top Chef du Montois Jean-Philippe Watteyne et les excellentes prestations du Jemappien David Madi et du Baudourois Robin Guérit dans The Voice, je ne peux que remarquer que d'une manière générale, nous ne sommes pas très fiers de vivre dans la région de Mons-Borinage. Bon d'accord, je l'admets, c'est un peu aussi de notre faute, nous, journalistes, qui mettons le plus souvent en avant les informations négatives plutôt que les bonnes nouvelles! Je suis d'accord également que le taux de chômage est très élevé, les licenciements nombreux, que la criminalité est importante, et j'en passe et des pires! Mais honnêtement, n'y a-t-il que des points négatifs à vivre à Mons, Quaregnon ou Saint-Ghislain? N'y a-t-il pas des personnes tout aussi talentueuses à Boussu, Quiévrain ou Pâturages?

Je ne pouvais pas faire sans mettre en avant ces trois personnes qui semblent à leur manière raviver un sentiment de fierté dans notre belle région! (Oui, elle peut être belle notre région, il suffit parfois d'ouvrir les yeux, de se balader et surtout, de voir la partie pleine du verre...)

105492999_B97378759Z.1_20130423095302_000_GDHNFPQE.1-0.jpgOn commence par le héros du jour : Jean-Philippe Watteyne. Le chef de l'Icook a fait un parcours remarquable dans l'émission Top Chef diffusée sur RTL-Tvi. Remarquable du fait de son élimination, puis de son retour et finalement, de sa place, admettons-le, un peu inattendue, en finale de l'émission. Un parcours atypique, certes, mais qui permet à tout une région de se retrouver autour d'une passion commune : la cuisine! Et quelle publicité pour notre Jean-Phi national : un restau' qui cartonne et qui affiche complet, un nouveau "bistro" qui ouvrira ses portes très bientôt, et puis sans doute des centaines de jeunes qui répondront à la question "Comment t'es venue l'idée de devenir cuisinier?" "en regardant Jean-Philippe Watteyne dans Top Chef"...  Si cela, c'est pas la consécration!davidrobin.jpg

Et puis, espérons qu'ils soient également les "héros borains" de The Voice! Je parle bien entendu de David Madi et de Robin Guérit, nos deux représentants dans l'émission de la RTBF. Entre le Jemappien qui avait conquis le cœur du coach Marc Pinilla (tiens, il vient de quelle région lui aussi?) avec une reprise de Nirvana et le Baudourois, un des chouchous de l'équipe de Natasha St-Pier, nous serons encore très bien représentés ce soir sur le petit écran! Ce soir, et croisons les doigts, encore de nombreux soirs!

D'ailleurs, il n'y a pas que ces trois "stars" qui nous représentent à la télévision ou dans les journaux! L'un des plus connus? Salvatore Adamo, de Jemappes, qui a vendu plus de 100 millions de disques à travers le monde! Il a même chanté en japonais! Oui, oui! Un autre? Marc Pinilla, le chanteur de Suarez! Vous voulez encore d'autres exemples? La RTBF adore les Borains apparemment, la télévision publique compte dans son équipe la journaliste Ophélie Fontana (oui, celle qui a confondu le col du fémur du Roi avec le col de l'uterus!) et le relookeur David Jeanmotte. Au niveau politique, faut-il rappeler que notre Premier Ministre, celui de tous les Belges, Elio Di Rupo, est Montois?

Vous voyez que nous pouvons être fiers de notre région? Alors, oui, j'ai constaté que nous avions besoin d'émissions de télévision pour nous rendre compte des nombreux talents de Mons-Borinage... Mais honnêtement?! Sans vous mentir?! Et sans râler?!  Je partage totalement l'euphorie générale! Quelle joie de voir toute une population s'animer autour des ces trois personnalités! Allez, je termine en félicitant Jean-Philippe pour sa place en finale et je croise les doigts (et tout ce que je peux!) pour le voir remporter cette édition 2013 de Top Chef! Et puis, ce soir, on n'oublie pas David Madi et Robin Guérit, eux aussi méritent d'aller le plus loin possible dans l'aventure The Voice! Et vous savez quoi? Ce soir, comme hier soir, je serai devant la télévision pour les soutenir!